Le banquet
Le banquet

Des marcheurs d’un âge certain

Réunis pour un royal festin.

De longues tablées

De convives enjoués

Une ambiance bon enfant

De vétérans turbulents

Regroupés par affinités

Au sein de la ruralité.

De l’apéro rince-gosiers

Saucissons chauds et gratons associés

Au dessert des iles flottantes

Rassasiant les plus gourmandes

De fenottes endimanchées

En passant par le trou normand

Et les canons bien remplis

Grisant les esprits

De bouligants vigourets

Aimant rigoler

Des farces d’un voisin niquedouille

Toujours prêt à faire l’andouille

Des assiettes garnies

Remplissant l’embuli

Au canard dépécé avec le savoir faire culinaire

Et les espiègles commentaires

D’un maître queue facétieux.

Au fil du repas copieux

Arrosé de pleins pots...

La température ira créchindo

Les visages deviendront rougeots

Les rires bruyants.

Et des regards flamboyants

illumineront la salle du resto.

Aprés des agapes rejouissant la panse

Les rots et les bruits suspects.. de la délivrance

Lourds de l’abondance, repus

Ils faudra repartir d’un bon pied

Sur cette sacrée côte oh ! Combien pentue

Marcher vaille que vaille

Pour digérer le trop plein de victuailles

Se sera alors une soupe à la grimace

Des traînes godasses

En attendant ce petit chemin de croix vite avalé

Marcheurs de l’A.U.V.R quelque peu bancals

Levons notre verre à notre santé

Et à la convivialité de ce doux moment à Pitaval

En remerciant Jeanine et André, les organisateurs

De cette escapade automnale

Qui nous fait toujours si chaud au cœur.


René Garcin